THINGS TO COME / Romain erkiletlian

du 5 au 21 janvier 2017


Romain Erkiletlian (né en 1972 à Paris) se consacre au paysage urbain qu’il déconstruit et reconstruit. Après avoir vécu dix ans à New York, il vit et travaille aujourd’hui à Tokyo. Son sujet est le territoire urbain qu’il restructure complètement selon un procédé de recyclage permanent tout en construisant progressivement un langage esthétique singulier. 

Yves Sabourin est commissaire/curator de projets et d’expositions dans le domaine des arts plastiques et des savoir-faire textiles depuis 1996 et inspecteur pour les arts plastiques au Ministère de la Culture et de la Communication. Par son regard avisé et singulier, il accompagne généreusement Romain Erkiletlian et la galerie Sator dans ce projet en intervenant sur la construction de l’exposition dans l’espace et sa scénographie. Il propose comme référence esthétique l’atmosphère intime et la composition puissante du petit mais extraordinaire tableau de Rembrandt Le philosophe en méditation (1632) dans lequel les lumières jouent avec l’architecture.

Dans cette nouvelle série de sculptures et peintures, Romain Erkiletlian développe les thèmes de la connectivité, du signal et du réseau dans cet espace particulier qu’est la ville. Il transforme tous les éléments qu’il a photographiés à New York en un univers unique.  Réseau et flux horizontal tout d abord, au sein d’une architecture où les éléments urbains, immeubles, panneaux d’affichage et antennes se connectent, et se font écho les uns aux autres, dans une lumineuse respiration. 

Réseau vertical ensuite, en questionnant le rapport entre les espaces supérieurs et les espaces inférieurs, les liens entre architecture et humanité. 

Toutes ces connexions sous-tendues par des signaux d’informations et rayons d’énergie transforment le paysage urbain en une multitude de balises émettrices ou réceptrices, où des éléments mystérieux se mettent à envahir l’espace de leur étrange matière. 

Influencé par l’architecture de Lebbeus Wood (notamment ses structures jamais construites), la science-fiction des années 1960 à 1980, l’espace et certains principes propres à l’architecture, Romain Erkiletlian nous dévoile une ville qui devient organique et autonome, dont les éléments se connectent aussi bien à l’homme qu’à un espace infini en une rayonnante vibration. Ici, tout nous reste caché mais tout devient alors suggéré. 

communiqué de presse (pdf)

dossier de presse (pdf)